La 3ème édition du tour de France en camping-car Bavaria a débutée il y a maintenant 10 jours.

Comme à son habitude, la tournée ira de festivals en festivals, à la découverte du patrimoine français tout en faisant des rencontres enrichissantes.

Dans cet article, nous vous relatons leur 2ème semaine de voyage, étapes par étapes.

4ème étape : découverte de la Drôme

Pour cette 4ème grosse étape, les journalistes du Parisien ont tout d’abord été rencontrer le magicien Dani Lary, chez lui, à Barbières, un magnifique village à l’entrée du massif des Vercors. Le célèbre magicien y a aménager ses ateliers et est en train de travailler sur un nouveau projet : ouvrir une salle de spectacle de 2000 personnes (ce qui en fera la plus grande salle de magie d’Europe), dans une ancienne usine de textile du village. Il a aussi pour projet d’y installer un musée de la magie, où il exposera ses objets crées et collectionnés tout au long de sa carrière.

Ce séjour dans son antre de la magie a permit de découvrir une autre facette de cet homme : une forte générosité. Il a accueilli les journalisteschez lui où ils ont pu y mettre le camping-car, se doucher, découvrir le Vercors avec son van. Un séjour ponctué par un tour de magie dans le salon du camping-car.

Crédit photos : Le Parisien / Olivier Arandel

Sur la route de Nice et la Corse, Le Parisien a fait étape dans les plaines du Vercors, dans un centre équestre. Rencontre avec Lionel Faure, le propriétaire, qui depuis maintenant 10 ans emmènent les touristes à dos de cheval pour les emmener au Col du Tourniol où l’on a une vue imprenable sur les montagnes et les ruines du château médiéval de Pellafol.

Entre 2 discussions avec Lionel, les journalistes découvrent que l’usine achetée par Dani Lavy appartenait au grand-père de Lionel, dont il était directeur, à l’époque où l’usine de tissage embauchait 180 personnes. Il remercie Dani d’avoir acquit ce bâtiment cher à son cœur, car sans lui l’usine aurait été démolie et les souvenirs avec.

Crédits photos : Le Parisien / Olivier Arandel

5ème étape : direction l’île de Beauté

Pour continuer ce Tour de France en camping-car, les journalistes Eric Bureau et Olivier Arandel prennent la route du sud, direction Nice pour ensuite prendre le ferry et découvrir la Corse.

Après 5h de traversée, le journaliste Eric Bureau et le photographe Olivier Arandel prennent la route de Patrimonio, petit village corse d’à peine 800 habitants, où se tient depuis maintenant 28 ans Les Nuits de la Guitare. Et le village est imprégné par cet évènement : la guitare y est présente partout, dans les cafés, dans les jardins… La Guitare Gibson embarquée, le fondateur du festival, Jean-Bernard Gilormini teste l’instrument avec plaisir, sans oublier de la dédicacer.

Crée en 1990, Les Nuits de la Guitare doivent en grande partie leur succès grâce aux 200 bénévoles qui chaque année se démènent pour offrir un superbe spectacle, dans un théâtre de verdure d’une capacité de 3500 personnes.

De grands artistes se sont succédé au fil des éditions : Paco de Lucia, Al Di Meola, Gilberto Gil, Pat Metheny, Joe Satriani, Taj Mahal, Deep Purple…

Les journalistes y rencontre Asaf Avidan, célèbre artiste Israélien qui se produisait sur la scène ce jour-ci, pour la deuxième année. Il dit adorer ce festival, où se mélange bonne humeur, convivialité et air méditerranéen

Jean-Bernard Gilormini accompagné d’Asaf Avidan – Crédits photos : Le Parisien / Olivier Arande

Après cette belle surprise artistique, les journalistes a eu l’opportunité de rencontrer M et Thomas Dutronc, sur scène, où ils se retrouvent pour la première fois à chanter ensemble. Ces amis de longue date ont pu se retrouver comme à l’époque où ils étaient enfants.

Retrouvez ici la vidéo de leur concert devant notre camping-car, avant de monter sur scène

6ème étape : La beauté de l’île Rousse

Il est l’heure de quitter le festival de Patrimonio pour aller découvrir la Haute-Corse et ses sublimes paysages : le désert des Agriates, le point de vue à Licciola, les plages de L’Ile-Rousse…

Pour cette étape en Haute-Corse, Olivier Arandel et Eric Bureau sont conviés à déjeuner chez un hôte de marque : Michel Fugain, impressionné par l’arrivée des journalistes dans leur grande maison roulante.

Durant ce déjeuner, nous y découvrons le meilleur de la Corse : lonzo, coppa, saucisson de sanglier, chèvre, brebis, canistrelli… Un régal pour les papilles. Et l’hospitalité corse fait chaud au coeur, les Corses sont liés par l’amitié, la solidarité, la convivialité…

Crédits photos : Le Parisien / Olivier Arande

Crédits photos : Le Parisien / Olivier Arande

Retrouvez un nouvel article très prochainement pour découvrir les nouvelles étapes et suivez leur aventures en likant notre page Facebook.

Laisser un commentaire